Voici ce que contient le nouveau projet de loi australien sur la réglementation des émissions des véhicules

Voici ce que contient le nouveau projet de loi australien sur la réglementation des émissions des véhicules
Voici ce que contient le nouveau projet de loi australien sur la réglementation des émissions des véhicules


Le projet de loi australien sur le plan d’émissions des véhicules détaille l’étendue des changements apportés par le gouvernement.

Le gouvernement avait soumis une analyse d’impact de la consultation plus tôt cette année, avec une période de consultation à suivre.

La première lecture du projet de loi 2024 sur les normes d’efficacité des véhicules neufs a eu lieu au Parlement mercredi 27 mars.

La législation prévoit que la norme d’efficacité des véhicules neufs (NVES) entre en vigueur le 1er janvier 2025, bien que la ministre des Transports Catherine King ait déclaré que les sanctions n’entreraient en vigueur que le 1er juillet 2025.

Si les constructeurs automobiles dépassent leur objectif de CO2, l’amende est de 100 $ par g/km, la même que celle que le gouvernement avait demandé dans son option B préférée lors de la consultation sur l’analyse d’impact.

Mais comme Mme King et le ministre du Changement climatique et de l’Énergie, Chris Bowen, l’ont annoncé plus tôt cette semaine lors d’une conférence de presse, certaines concessions ont été faites après consultation de l’industrie automobile.

Catégorisation des véhicules

Alors que l’option B prévoyait un objectif pour les véhicules de tourisme et les SUV et un autre pour les utilitaires, les fourgonnettes et les gros camions, le gouvernement a modifié la nature des deux catégories.

La catégorie Type 1 comprend désormais les véhicules MA (voitures particulières) et MB (transporteurs de personnes), ainsi que les « véhicules de tourisme tout-terrain légers ».

La catégorie Type 2 est composée des véhicules NA (marchandises légères) et NB1 (marchandises moyennes), ainsi que des « véhicules lourds tout-terrain de tourisme ».

Cela signifie que cette catégorie comprend toujours les gros utilitaires, les fourgonnettes et les camionnettes, mais comprend désormais les plus gros SUV.

Le gouvernement déclare qu’un « véhicule de tourisme lourd tout-terrain » est un véhicule de catégorie MC avec une capacité de remorquage nominale de trois tonnes ou plus et doté d’une construction de carrosserie sur châssis.

Cela signifie que des véhicules tels que Toyota LandCruiser, Ford Everest et Isuzu MU-X répondent à cette définition et sont donc inclus dans la catégorie Type 2, ce qui permettra à ces marques d’atteindre plus facilement leurs objectifs en matière de CO2.

Quant à ce qu’est un « véhicule de tourisme tout-terrain léger », le gouvernement dit simplement qu’il s’agit d’un véhicule de catégorie MC qui n’est pas un véhicule de tourisme tout-terrain lourd.

Les véhicules d’une masse brute supérieure à 4,5 tonnes ne sont pas couverts par ce régime.

Le projet de loi indique que le ministre des Transports peut, par instrument législatif, accorder à un véhicule le statut de véhicule de type 1, de type 2 ou exempté, mais ces déterminations doivent être faites au début d’une année et enregistrées dans le Registre fédéral de la législation.

Objectifs d’émissions

Le gouvernement a maintenu les mêmes objectifs globaux d’émissions pour les véhicules de tourisme sur la période 2025-2029.

AnnéeLimite de type 1 (g/km)Limite de type 2 (g/km)
2025141210
2026117180
202792150
202868122
202958110

Cependant, il a ajusté les objectifs de CO2 pour les véhicules de type 2. D’ici 2025, l’objectif pour les véhicules de type 2 est en fait plus favorable que la proposition indulgente de l’option A du gouvernement, même s’il est par ailleurs plus difficile.

Toutefois, comparée à l’option B, elle est moins stricte. Cette option prévoyait des objectifs en g/km de 199, 164, 129, 94 et 81, respectivement.

Points de rupture

Les points d’arrêt sont des points sur la courbe des limites de flotte qui sont « aplatis », ce qui, selon le gouvernement, peut aider à limiter le soutien de la courbe aux véhicules plus lourds.

Dans sa proposition d’option B, le gouvernement avait demandé une limite inférieure de 1 500 kg pour tous les véhicules, avec une limite supérieure de 2 000 kg pour les véhicules de tourisme et de 2 200 kg pour les véhicules utilitaires légers.

De nombreux constructeurs automobiles ont réclamé la modification ou la suppression complète des points d’arrêt, la Chambre fédérale des industries automobiles (FCAI) arguant qu’ils faussent la courbe pour les véhicules dépassant un certain poids et ciblent de manière disproportionnée les constructeurs automobiles disposant de flottes de véhicules plus lourdes.

Le gouvernement a maintenu le point de seuil inférieur, mais les véhicules de type 1 ont désormais un point de seuil supérieur de 2200 kilos et les véhicules de type 2 ont un point de rupture plus élevé de 2400 kilos.

Crédits

Si une entreprise dépasse son objectif de CO2 pour une année donnée, elle recevra des crédits. Le montant que vous recevez dépend du dépassement de l’objectif.

Ces crédits peuvent être utilisés l’année suivante pour vous aider à atteindre votre objectif de CO2, et les entreprises disposent de trois ans pour les utiliser.

Les marques exclusivement électriques comme Tesla peuvent échanger leurs crédits avec d’autres marques pour les aider à atteindre leur objectif d’émissions.

La législation ne fait aucune mention des crédits super ou hors cycle, que certains constructeurs automobiles avaient demandés.

Les crédits hors cycle permettraient aux constructeurs automobiles de recevoir des crédits pour les technologies pouvant entraîner des réductions d’émissions qui pourraient ne pas être détectées lors des tests d’émissions, tandis que les super crédits permettraient aux véhicules à émissions faibles ou nulles d’être comptés comme plusieurs véhicules pour aider à compenser l’augmentation. -Véhicules dont les émissions correspondent à la gamme d’une marque.

PLUS : Toute notre couverture de la norme d’efficacité énergétique des véhicules neufs
PLUS : Ce que pensent les lobbyistes de la réglementation révisée sur les émissions du gouvernement australien