La technologie « verte » qui est trois fois plus sale dans le monde réel que les tests

La technologie « verte » qui est trois fois plus sale dans le monde réel que les tests

[ad_1]

Les hybrides rechargeables (PHEV) émettent en moyenne 3,5 fois plus de CO2 que lors des tests en laboratoire, selon les données de la Commission européenne.

Cela équivaut à 4 litres/100 km ou 100 g de CO2/km de plus que les valeurs officielles du test WLTP. Cela signifie que ses émissions réelles de CO2 n’étaient que de 23 % inférieures à celles des voitures conventionnelles.

La Commission européenne prévient que les PHEV « ne réalisent pas actuellement leur potentiel, en grande partie parce qu’ils ne sont pas chargés et conduits en mode entièrement électrique aussi souvent qu’on le suppose ».

Les données ont également révélé que les émissions de CO2 des véhicules à essence et diesel étaient plus élevées que celles officiellement déclarées : 23,7 pour cent pour les véhicules à essence et 18,1 pour cent pour les véhicules diesel.

Il dit qu’un tel écart était prévisible et que l’écart est deux fois moins grand que si l’on compare les émissions réelles et les affirmations selon l’ancienne norme de test NEDC.

La Commission européenne a publié les premières données pour un échantillon de 617 194 voitures, soit 7,2 % des voitures immatriculées pour la première fois en 2021. Les données incluent également 6 667 camionnettes.

288 231 autres véhicules ont été exclus pour diverses raisons, notamment un kilométrage inférieur à 500 km.

Il peut accédez à l’ensemble des données complètes iciet le Rapport de la Commission ici.

Les données ont été collectées à partir des dispositifs embarqués de surveillance de la consommation de carburant (OBFCM), obligatoires depuis janvier 2021 sur toutes les voitures neuves et petites camionnettes et qui enregistrent également la consommation d’énergie et le kilométrage des véhicules.

Ces données sont collectées par les constructeurs automobiles et soumises chaque année à la Commission, qui a reçu sa première série de données en avril 2022. Ce sont ces données 2021 qui ont été publiées dans le rapport inaugural.

L’agence affirme qu’elle continuera à surveiller cet écart entre les chiffres réels et les chiffres des réclamations à mesure qu’elle collecte davantage de données, car une année de données n’est pas suffisante pour fournir une analyse adéquate.

Elle indique qu’elle évaluera si des mesures supplémentaires devraient être prises pour empêcher une nouvelle croissance, comme par exemple l’ajustement de la norme WLTP, introduite en 2017.

Il a confirmé qu’il introduirait des changements à partir de 2025 dans la façon dont il calcule le facteur d’utilité des PHEV, ou la proportion attendue de la distance parcourue électriquement.

La Commission européenne dit s’attendre à un écart étant donné que les tests en laboratoire ne peuvent pas reproduire pleinement les facteurs du monde réel tels que les conditions de circulation et de route, le paysage, la température ambiante, l’utilisation de la climatisation et de l’électronique, ainsi que le comportement du conducteur.

Il a mis en évidence une mauvaise couverture de la flotte de véhicules 2021, la plupart des constructeurs déclarant des données sur moins de cinq pour cent de leurs véhicules immatriculés pour la première fois cette année-là.

Des entreprises telles que JLR (43 %), Ford (34 %), Mercedes-Benz (27 %) et Volvo (24 %) ont fourni beaucoup plus de données.

La Commission européenne affirme que le transport routier est responsable d’environ un cinquième des émissions totales de gaz à effet de serre de l’Union européenne et que, dans ce groupe, les véhicules légers – c’est-à-dire les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers – sont responsables d’environ 70 pour cent du total.

L’Union européenne interdira la vente de voitures neuves à essence et diesel d’ici 2035, y compris les hybrides rechargeables.

La demande de véhicules électriques s’est récemment ralentie en Europe, tandis que les PHEV ont maintenu leur part de marché et, en février, ont même enregistré un taux de croissance plus élevé que les véhicules électriques.

Par rapport à février 2023, les ventes de véhicules électriques dans l’UE ont augmenté de 9 %, tandis que les ventes de PHEV ont augmenté de 11,6 %.

Cependant, les véhicules électriques se vendent mieux que les PHEV en Europe. En février, ils détenaient une part de marché de 12 pour cent, contre 7,3 pour cent pour les PHEV.

Les hybrides conventionnels les ont tous deux battus, avec une part de marché de 28,9 pour cent. Ses ventes ont également augmenté de 24,7 pour cent.

Certaines entreprises, dont Bentley et Aston Martin, ont choisi de retarder les prochains véhicules électriques pour donner la priorité aux PHEV.