Renault 4 2025 : tout ce que l’on sait sur le crossover électrique abordable

2025 Renault 4: Everything We Know About The Budget Electric Crossover

[ad_1]

Le crossover électrique partagera sa plate-forme CMF-BEV avec la nouvelle berline R5 et donnera également naissance à une variante LCV.

    Renault 4 2025 : tout ce que l'on sait sur le crossover électrique abordable

Les illustrations de cette histoire ne sont ni affiliées ni approuvées par Renault. De plus, nous avons mis à jour l’article avec de nouveaux rendus et les dernières informations disponibles sur l’EV (7/10).

Renault se prépare à élargir sa gamme de véhicules électriques avec deux modèles d’inspiration rétro : la supermini R5 et le crossover 4. Bien que ce dernier ne devrait pas entrer en production avant 2025, nous avons déjà rassemblé des détails substantiels sur ses techniques de conception et de spécifications. Dans cet article, nous avons compilé toutes les informations disponibles sur le prochain véhicule électrique, complétées par un ensemble de rendus exclusifs qui donnent un aperçu approfondi de sa conception.

Le constructeur automobile français a annoncé la 4 dans le cadre de sa stratégie d’électrification en juin 2021, montrant la calandre, la signature lumineuse et les silhouettes des variantes passager et utilitaire des interprétations modernes de l’emblématique berline 4L (1961-1992) et l’équivalent 4. Fourgonette. (1965-1992) fourgon. Cependant, l’aperçu le plus révélateur du prochain modèle de production a été le Renault 4Ever Trophy Concept, qui a fait ses débuts à Paris en octobre 2022. Cette étude nous a donné une meilleure idée du style robuste et du caractère économique du modèle de série.

faites défiler la publicité pour continuer

À lire : Tout ce que l’on sait sur le SUV hybride Renault Espace 7 places 2024

Jean François Hubert/SB-Médien pour CarScoops

Notre artiste a créé un rendu assez précis du crossover Renault 4 2025 basé sur les teasers et le concept officiels de l’année dernière. Les rendus des trois-quarts avant et arrière empruntent des éléments de carrosserie et de style au concept, bien qu’avec certaines caractéristiques atténuées pour la production. Ceux-ci incluront probablement des roues de plus petit diamètre, des rétroviseurs et des poignées de porte conventionnels, un kit carrosserie plus discret et l’omission de l’équipement tout-terrain extrême du concept, ainsi que le capot creux futuriste qui sacrifie l’aspect pratique.

La simple calandre noire entourant les phares à LED, la serre, les feux arrière montés verticalement, la forme prononcée des ailes, les vitres latérales arrière trapézoïdales et l’arrière effilé avec les feux arrière en forme de pilule sont des références claires à la 4L et à l’original. il atteindra très probablement la production. Dans le même temps, la garde au sol généreuse, la forte dose de revêtement en plastique sur les passages de roues carrés et les grandes sections non peintes sur les pare-chocs lui confèrent une allure plus aventureuse dans la lignée des SUV robustes comme le Dacia Duster.

Dimensions, intérieur et technologie.

Le 4 devrait refléter fidèlement la taille du concept, avec une longueur de 4 160 mm (163,8 pouces) et un empattement de 2 570 mm (101,2 pouces), le plaçant dans le segment des B-SUV. Cela le rendrait près d’un demi-mètre (19,6 pouces) plus long que le 4L original des années 1960, mais 68 mm (2,7 pouces) plus court que le Captur à moteur ICE, qui est actuellement le plus petit SUV de la gamme européenne de Renault.

L’intérieur de la Renault 4 devrait refléter le caractère sobre de l’extérieur, avec un design minimaliste qui met l’accent sur la praticité et la durabilité. Malgré sa taille compacte, la plateforme électrique devrait se traduire par un habitacle à cinq places et un grand coffre pour le segment. Nous ne serions pas surpris si Renault suivait l’exemple de Dacia et ajoutait un support pour smartphone, ainsi qu’un cockpit numérique plus petit que d’habitude et des matériaux recyclés, pour rendre le 4 plus abordable et plus durable. Cette stratégie est également suivie par la marque française rivale Citroën, montrant une tendance croissante parmi les constructeurs automobiles.

L’approche de Renault consistant à combiner des éléments de design rétro et modernes sera limitée aux modèles R5 et 4, les différenciant du reste de la gamme. Comme le décrit Laurens van den Acker, directeur du design du groupe Renault, cette décision est similaire à la stratégie utilisée par Ford pour les plaques signalétiques Mustang et Bronco, permettant aux designers de « raconter des histoires du passé ». Parmi les autres véhicules électriques qui s’appuient sur l’héritage de leur constructeur automobile en termes de style, citons la Fiat 500e, la Honda e et la MINI Cooper SE.

La Renault 4 sera construite sur une version étendue de l’architecture CMF-BEV qui sous-tendra également la R5, l’Alpine A5 à hayon chaud et les successeurs électriques des Nissan Micra et Juke. Bien que nous n’ayons aucune information sur la puissance du groupe motopropulseur électrique (probablement un moteur monté à l’avant) ou sur la capacité de la batterie, Renault a déjà évoqué une autonomie WLTP allant jusqu’à 400 km (249 miles). On sait également que les nouvelles batteries à bas prix seront dotées de la technologie nickel, manganèse et cobalt (NMW) et seront produites en France, tout comme la Renault 4, qui sera fabriquée dans le centre ElectriCity du groupe Renault.

Les supermini R5 et le crossover 4 seront les équivalents zéro émission des Clio et Captur à moteur ICE, et occuperont le segment B lors de leur arrivée dans les deux prochaines années. Ces véhicules électriques au goût rétro rejoindront Mégane E-Tech et prochain Scenic E-Tech dans la future gamme de véhicules particuliers électriques de Renault, tandis que le fourgon 4 Furgonette côtoiera les véhicules utilitaires légers Kangoo E-Tech et Master E-Tech.

Concept Renault 4ever Trophée

Stefan Baldauf / Guido dix Brink pour CarScoops