Carnet de voyage en moto avec Ted Simon

Carnet de voyage en moto avec Ted Simon
Carnet de voyage en moto avec Ted Simon


Nous retrouvons le grand-père du voyage à moto 50 ans après le début de son voyage de quatre ans autour du monde.

Peu de livres égalent Jupiter’s Voyages de Ted Simon en termes de vulnérabilité, d’esprit et de fatalisme. Sa publication en 1979 l’a placé au zénith du boom de l’écriture de voyage de la fin du XXe siècle, alors que « pourquoi pas ? C’était quand même une bonne raison pour faire un voyage et écrire un livre sur le sujet. «Je n’étais ni une expédition ni un membre de la Royal Geographical Society», a écrit Simon à propos de son voyage de quatre ans autour du monde en moto. « Je ne testais pas un produit, je ne faisais pas de film, je ne battais pas de record, je ne le faisais pas pour l’Angleterre. « Je n’étais même pas un fan de moto, je n’en avais jamais piloté auparavant. »

Que la moto était accessoire au voyage (« Juste le véhicule du récit », a déclaré Simon) et qu’il se considérait plus comme un néophyte que comme un cynique (après tout, il avait 42 ans et avait déjà relativement beaucoup voyagé à la fois personnellement et en tant que personnel). en tant que journaliste travaillant sur son livre de 1970 sur les courses de Grand Prix, The Checkered Year) a donné aux Voyages de Jupiter une lueur d’optimisme juvénile et l’a rendu durable. Les premières pages capturent avec autant d’acuité la folie intense qui caractérise le départ en voyage : l’adrénaline et le désespoir, la panique et l’espoir. Et on voit immédiatement Simon dans toute sa vulnérabilité lorsque, pour combattre sa peur de la séparation, il chante.

Rencontrer Simon ou Jupiter ?

Alors que je me rendais chez lui dans le sud de la France, dans la ville endormie d’Aspiran, je me demandais qui j’allais rencontrer : Ted Simon, l’écrivain, ou Jupiter, le voyageur fatigué du monde. J’ai toujours pensé que le titre Les Voyages de Jupiter faisait allusion à une certaine séparation entre Simon en tant qu’écrivain et Simon en tant que personnage de ses livres. « Jupiter » en tant que personne était devenu une entité au-delà de Simon lui-même : un emblème du possible, du courage et de l’audace. Même Simon s’est inspiré de lui : dans son livre Dreaming of Jupiter (2007), à propos de sa rétrospective de son voyage en moto autour du monde, il écrit : « Il y en avait des milliers, je le sais, qui rêvent de faire ce que Jupiter a fait. Pourquoi pas ?

En entrant chez lui, j’eus la nette impression que c’était Simon, et non Jupiter, qui était à la porte. L’odeur du pain cuit et de la sciure de bois flottait dans l’air. Ce sont des odeurs remarquablement similaires, toutes deux le produit de mains occupées. Et le résultat : il y avait du pain sur le comptoir de la cuisine et des copeaux de bois sur le devant du pull de Simon, dans ses grandes mains et sur le sol de son garage.

Il y avait aussi son Piaggio MP3 500 (de Jupiter ?), la même marque de vélo qu’il a parcouru en Grande-Bretagne en 2010, un voyage qui est devenu plus tard le livre Rolling Through the Isles. Il aurait été facile d’oublier le fait que ce voyage avait eu lieu plus d’une décennie plus tôt ; C’était plein de ce calme ahuri qu’on a quand on revient d’un long voyage. Mais la vie de Simon a été en mouvement, et cette énergie sereine est son état naturel.

Son autobiographie, Don’t Boil the Canary, venait de paraître et il s’occupait de retranscrire les cahiers de…