Toyota condamnée à une amende de 60 millions de dollars pour pratiques de prêt douteuses, notamment regroupement de produits indésirables


La branche de financement américaine de Toyota a ajouté de manière trompeuse des produits aux prêts des clients, a rendu déraisonnablement difficile pour eux le retrait des produits, puis n’a pas réussi à les restituer une fois les produits retirés.

20 novembre 2023 à 15h38

    Toyota condamnée à une amende de 60 millions de dollars pour pratiques de prêt douteuses, notamment regroupement de produits indésirables

Le Bureau américain de protection financière des consommateurs (CFPB) a ordonné à Toyota Motor Credit Corporation de payer 60 millions de dollars après avoir constaté qu’elle empêchait illégalement les consommateurs d’annuler des offres groupées de produits qui augmentaient leurs paiements mensuels de véhicules.

« La branche prêteuse de Toyota a illégalement retenu les remboursements, forcé les emprunteurs à franchir des parcours d’obstacles pour annuler des services non désirés et terni leurs rapports de solvabilité », a déclaré Rohit Chopra, directeur du CFPB. « Étant donné le fardeau croissant des remboursements de prêts automobiles pour les Américains, nous continuerons à poursuivre les grands prêteurs automobiles qui trompent leurs clients. »

Le CFPB affirme que Toyota Motor Credit Corporation, la société de financement du constructeur automobile, a menti aux consommateurs quant au caractère facultatif ou non de certains packages de produits. Les locataires et les acheteurs se sont plaints auprès du régulateur, affirmant que les concessionnaires ont ajouté des produits tels que la protection garantie des actifs (qui couvre la différence entre la valeur du véhicule et le montant de l’assurance en cas d’accident ou de vol) et la couverture de crédit vie et de santé accidentelle. ( qui paie la valeur restante). d’un véhicule en cas de décès du client) à leurs contrats à leur insu.

faites défiler la publicité pour continuer

Lire : De plus en plus d’Américains ont du mal à rembourser leurs prêts automobiles

    Toyota condamnée à une amende de 60 millions de dollars pour pratiques de prêt douteuses, notamment regroupement de produits indésirables

Les produits combinés coûtent en moyenne entre 700 et 2 500 dollars par prêt, ce qui s’ajoute aux paiements mensuels des consommateurs américains. Toyota a ensuite rendu déraisonnablement difficile l’annulation de ces forfaits et a retardé illégalement les remboursements.

Le constructeur automobile a dirigé les consommateurs mécontents vers une ligne d’assistance téléphonique « sans issue », où les employés ont reçu pour instruction de continuer à promouvoir les produits jusqu’à ce qu’ils demandent à annuler à trois reprises. De manière exaspérante, ils ont été informés que pour retirer les produits de leurs contrats, ils devaient soumettre une demande écrite.

Si les clients parvenaient à annuler les forfaits, ils étaient informés qu’un remboursement serait appliqué au principal de leur prêt. Cela a retardé le remboursement de votre argent jusqu’à la fin de la durée du contrat de vente ou de location. Pendant ce temps, leurs paiements mensuels sont restés inchangés, ce que Toyota a utilisé pour décourager les annulations.

Même si un consommateur acceptait cela, cela ne garantissait pas qu’il récupérerait son argent. Le CFPB rapporte que Toyota Motor Credit n’a pas remboursé les primes payées d’avance aux consommateurs qui ont remboursé leur prêt ou mis fin à leur bail. Elle reposait également sur des calculs erronés, entraînant des remboursements incorrects aux consommateurs ayant annulé leur contrat de service.

Enfin, Toyota a faussement signalé que les comptes des clients étaient en souffrance sur des véhicules loués déjà restitués. Il n’a ensuite pas réussi à corriger rapidement les informations, ce qui a porté atteinte aux cotes de crédit des consommateurs.

En conséquence, le CFPB a ordonné à Toyota Motor Credit de payer environ 32 millions de dollars aux consommateurs qui n’ont pas reçu de remboursement, 9,9 millions de dollars aux clients qui ont tenté d’annuler mais n’ont pas pu le faire, 52 000 dollars aux consommateurs qui n’ont pas reçu de remboursements précis et 12 millions de dollars en amendes. Elle doit également mettre un terme à ses pratiques illégales.

    Toyota condamnée à une amende de 60 millions de dollars pour pratiques de prêt douteuses, notamment regroupement de produits indésirables