Le Kazakhstan rejoint le calendrier provisoire du MotoGP pour 2023

Le Kazakhstan rejoint le calendrier provisoire du MotoGP pour 2023

[ad_1]

Le calendrier MotoGP continue de s’étoffer. Dorna a annoncé aujourd’hui dans un communiqué de presse inhabituellement bref que le circuit international de Sokol, à 50 kilomètres au nord-est d’Almaty au Kazakhstan, sera ajouté au calendrier MotoGP pour 2023 pour une période de cinq ans.

La piste kazakhe est encore en construction et fera donc l’objet d’homologation et de contrôles de sécurité avant que la course ne soit confirmée comme ayant lieu en 2023.

La course au Kazakhstan comblera le poste laissé vacant par Kymiring en Finlande, aujourd’hui disparu, qui a échoué parce que ses affaires se sont effondrées lorsque la Russie a envahi l’Ukraine.

Cela signifie qu’il aura lieu en juillet, deux semaines après le TT néerlandais à Assen et trois semaines avant la reprise de la série à Silverstone. Son inclusion portera le calendrier à 21 courses. Le calendrier sera publié plus tard cette semaine.

La raison pour laquelle nous allons au Kazakhstan est simple : cela ouvre un nouveau marché pour le MotoGP en Asie centrale, et le fait que le pays est une autocratie basé sur la richesse pétrolière signifie que, contrairement à la Finlande, par exemple, l’argent nécessaire pour boucler un circuit et payer les frais exigés par Dorna n’est pas un problème.

La semaine dernière, Dorna a également annoncé que des travaux étaient en cours pour organiser une course en Inde.

Bien que des sources indiennes aient rapporté qu’un protocole d’accord avait été signé avec le promoteur Fairstreet Sports, le communiqué de Dorna se garde bien de faire aucune mention d’accords ou de contrats signés.

Dorna a également signé des protocoles d’accord avec des circuits en Hongrie, en Arabie Saoudite et avec le circuit du Pays de Galles.

Pourtant, l’Inde est un territoire que Dorna souhaite réellement conquérir. Il s’agit d’un marché énorme, tant en termes d’audience que de ventes de motos. Organiser une course dans le pays serait un énorme coup de pouce pour la série.

La course devrait actuellement se dérouler sur le circuit international de Buddh, non loin de New Delhi, si elle se produit.

Auparavant, des problèmes de douane et de taxes locales rendaient difficile l’organisation d’une course en Inde. Lorsque la F1 courait en Inde, les autorités locales ont classé l’événement comme un divertissement plutôt que comme un sport, ce qui a entraîné d’énormes taxes à l’importation.

Cela a également conduit à l’annulation des essais proposés par le WorldSBK là-bas. Le MotoGP ne pourra courir en Inde que si ces problèmes ont été résolus. Des sources du Paddock m’ont dit qu’il y avait aussi de nombreux autres problèmes à surmonter.

Même si les médias indiens ont suggéré qu’une course pourrait avoir lieu dès 2023, cela n’aura pas lieu.

L’Inde ne pourrait rejoindre le MotoGP qu’en 2024, date à laquelle un bouleversement majeur du calendrier est attendu, notamment une réduction du nombre de courses organisées dans la péninsule ibérique.

L’Italie pourrait également perdre une course si les chiffres de fréquentation restent aussi spectaculaires en 2023 qu’ils ne l’étaient en 2024. Actuellement, l’Arabie saoudite rejoindra également le calendrier à partir de 2024, et d’autres pays sont également intéressés à accueillir des courses.

À première vue, le MotoGP se dirige vers l’est, hors de l’Europe, vers le Moyen-Orient et l’Asie.