Nouveaux problèmes de moto | moto mojo

Nouveaux problèmes de moto |  moto mojo
Nouveaux problèmes de moto |  moto mojo


Parfois, les problèmes ne sont pas aussi simples qu’il y paraît

Vous vous souvenez peut-être que dans le numéro d’avril, j’ai écrit sur le choix d’une nouvelle moto. Et bien maintenant, j’ai une nouvelle Triumph Speed ​​​​Twin 1200 2022. Même si j’adore le vélo, les choses ont trébuché au début.

Je l’ai récupéré chez mon concessionnaire Triumph local, Moto Montréal Cycle, en avril dernier. Cependant, comme je ne pouvais pas m’y rendre, je l’ai chargé dans mon camion et je suis rentré chez moi. Quand je suis rentré à la maison, je l’ai fait faire une courte promenade et j’ai parcouru 75 miles.

Un emploi du temps chargé m’a éloigné du vélo pendant encore trois semaines, après quoi je l’ai sorti du garage et je l’ai démarré. Il tournait bien au ralenti, mais lorsque je l’ai mis en prise et que j’ai relâché l’embrayage, le moteur s’est arrêté. Il a redémarré avec quelques difficultés, mais a calé à plusieurs reprises dès que l’on a ouvert le papillon. Il a agi comme s’il n’avait plus de carburant. Cependant, après avoir rempli le réservoir d’essence à la fin de mon dernier voyage, j’ai su qu’il était plein. A la fin, il ne tirait plus.

Je pouvais entendre la pompe à carburant fonctionner à chaque fois que le contacteur d’allumage était allumé, donc je savais qu’elle fonctionnait, et le voyant de contrôle du moteur était éteint, donc la moto n’avait détecté aucun code d’anomalie. J’ai ensuite retiré les fils de bougie et vérifié l’étincelle. C’était long et fort. Convaincu qu’il ne s’agissait pas d’une panne moteur majeure, j’ai retiré les bougies d’allumage et effectué un contrôle rapide de la compression avec mon doigt, qui a seulement confirmé qu’il n’y avait pas de problème mécanique interne.

Faute d’un ordinateur de diagnostic approprié (j’ai depuis acheté une autre licence Dealertool), je n’ai eu d’autre choix que de rapporter la moto au concessionnaire, où j’ai pu la connecter à un ordinateur de diagnostic Triumph pour un examen approfondi. Chris, le directeur de la concession et technicien principal, a branché mon vélo à l’ordinateur et a commencé le fastidieux processus de dépannage étape par étape. Même si elle lui avait raconté tout ce qu’elle avait fait, il a tout vérifié à nouveau, comme il se devait.

Lorsqu’il est utilisé correctement, l’ordinateur de diagnostic facilite la vie des techniciens. Si vous suivez votre flux de travail, l’ordinateur effectuera plusieurs tests selon une progression logique et ne passera au test suivant qu’après avoir d’abord effectué un test spécifique. Si vous sautez une étape, vous pourriez vous retrouver dans un cycle sans fin de doute de soi.

Après avoir effectué plusieurs tests sur l’ordinateur, Chris n’a rien trouvé d’anormal. Il a ensuite effectué un test de pression de carburant, que la moto a également réussi sans problème. Cependant, il refusait toujours de démarrer. Chris m’a demandé de poser le vélo pour qu’il puisse voir de plus près.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu un appel téléphonique m’informant que mon vélo fonctionnait à nouveau. Hâte de retrouver ma nouvelle Triumph, j’ai demandé à Chris ce qu’il avait découvert. À ma grande consternation, il a répondu : « Rien ». Apparemment, après avoir effectué plusieurs tests, le vélo s’est allumé et fonctionnait bien. Même si aucun de nous n’était satisfait du résultat, nous avons convenu que je ramènerais le vélo à la maison et que je l’utiliserais.

Après avoir réfléchi à l’origine du problème, j’en ai déduit que le gaz avait probablement été contaminé par de l’eau lorsque j’ai rempli le réservoir. La distance entre la station-service et ma maison est d’un kilomètre ; S’il y avait de l’eau dans le réservoir de carburant, il est possible que la moto ait bien fonctionné pendant le court trajet de retour, car l’eau était encore dispersée dans l’essence après avoir rempli le réservoir. Le vélo n’ayant pas été utilisé depuis trois semaines, l’eau s’est séparée de l’essence et est restée au fond du réservoir. Ensuite, l’eau s’est frayée un chemin dans les rampes d’alimentation en carburant après le démarrage du vélo. Tous les démarrages effectués pendant les tests ont probablement pompé l’eau du réservoir et une fois de plus, du gaz propre s’est écoulé dans les conduites de carburant.

Un dimanche matin, j’ai pris le vélo et me suis dirigé vers le nord, en direction des Laurentides. Il a parfaitement fonctionné dans la circulation à Montréal et a bien fonctionné lors des accélérations sur l’autoroute. Cependant, dès que j’appuyais sur l’accélérateur pour dépasser une voiture, celle-ci perdait de la puissance et trébuchait. Sous une charge plus lourde, il avait encore faim de carburant. Après tout, il ne s’agissait pas de pollution de l’eau. J’ai pris un autre rendez-vous avec le concessionnaire.

Chris a finalement trouvé le problème : la conduite de carburant sortant du réservoir tourne de 180 degrés vers la rampe d’injection et était pliée au niveau du virage, limitant ainsi le débit de carburant. Les tests de pression ne l’ont pas révélé car le réservoir devait être soulevé à l’arrière pour connecter la jauge à la rampe d’injection, ce qui éliminerait le coude dans la conduite et donnerait de bons résultats de test. Chris a résolu le problème et après plusieurs centaines de kilomètres sans problème, j’aime toujours mon nouveau vélo.