McLaren dit que la 750S est le début de la fin des supercars purement V8

[ad_1]

Même si elles produisent moins de voitures que les grands constructeurs automobiles, les entreprises du secteur des supercars ne sont pas à l’abri de réglementations de plus en plus strictes en matière d’émissions. C’est la raison pour laquelle les véhicules hautes performances ont reçu de fortes doses d’électrons ces dernières années, au point que les hybrides Ferrari se vendent désormais mieux que les voitures ICE. Le rival de Maranello, originaire de Woking, n’est pas étranger à l’électrification, ayant introduit le P1 en 2012.

En 2023, l’Artura sera le PHEV de la marque britannique avec un V6 plus petit, mais si vous voulez une expérience pure ICE, vous devrez vous procurer la 750S que nous avons conduite récemment. Ce ne sera pas là pour toujours car le directeur technique de McLaren, Charles Sanderson, affirme que le groupe motopropulseur V8 est en sursis. Il a suggéré que la 750S pourrait bien être la dernière voiture de série de l’entreprise à offrir un V8 sans être électrifiée. Il laissait la porte ouverte à des éditions spéciales limitées à huit cylindres et sans moteur électrique.

C’est ce qu’il a déclaré dans une interview accordée à un magazine australien. Vente de voitures: « Je ne m’engagerai jamais formellement, mais je pense qu’il s’agira probablement du dernier V8 de série non électrifié qui soit conforme à la réglementation mondiale en matière de combustion interne. Nous aimerions (continuer à le faire fonctionner) car il y a quelque chose » La combustion interne est spécial et il existe un marché pour cela. Nous l’apprécions et je pense que les clients l’adorent.

Il a ajouté que même si un moteur à combustion interne offre une « expérience très pure », McLaren garde ses options ouvertes lorsqu’elle envisage l’hybridation. Sanderson a mentionné que l’entreprise explorait toutes les options de groupe motopropulseur. Cependant, il est peu probable qu’une supercar entièrement électrique apparaisse prochainement. Début octobre, Michael Leiters, PDG de McLaren, a révélé qu’il ne pensait pas que la technologie des véhicules électriques serait prête pour de « vraies supercars » avant 2030. Bien sûr, les gens derrière les Rimac Nevera et Lotus Evija ne seraient pas d’accord.

Pendant de nombreuses années, McLaren s’est concentrée uniquement sur les supercars, ignorant le segment lucratif des SUV de peur que cela ne dilue la marque. La nouvelle équipe dirigeante voit les choses différemment, car elle n’exclut pas totalement un modèle de haut niveau. Cependant, cela prendra du temps. Dans une précédente interview lors du Goodwood Festival of Speed, Leiters a mentionné que l’entreprise devra d’abord commencer à gagner de l’argent réel avant l’arrivée d’un SUV. Il a qualifié ce modèle plus pratique de « performances partagées », car il comporte plus de deux sièges et une paire de portes supplémentaires.