Faites du bruit pour la Kawasaki H1 qui n’a pas couru à Glemseck

Faites du bruit pour la Kawasaki H1 qui n’a pas couru à Glemseck
Faites du bruit pour la Kawasaki H1 qui n’a pas couru à Glemseck


Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Glemseck 101 est il Manifestation européenne pour les amateurs de machines rapides, peu pratiques et très imaginatives. Ceux qui y participent le font avec une obsession sectaire : ils reviennent année après année pour tenter de se surpasser les uns les autres et de se dépasser.

Rolf Reick est un visage régulier de Glemseck 101. Basé à Heidelberg, en Allemagne, le designer industriel toujours joyeux dirige une école de design dans la ville voisine de Mannheim. Mais il a également des années d’expérience dans la construction de motos personnalisées, comme cette sauvage Kawasaki H1 deux temps, sous la bannière Krautmotors.

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Rolf a accumulé au fil des années un certain nombre de fragments radicaux. Il a donc décidé de construire un vélo drag pour le Glemseck 101 de cette année en utilisant uniquement des pièces recyclées provenant de sa réserve personnelle et en se tournant vers des sources extérieures uniquement lorsque cela était nécessaire. (Ce n’est pas la première fois qu’il utilise cette approche.)

L’une des pièces que Ralf avait déjà sous la main était le moteur trois cylindres à deux temps d’une Kawasaki H1 Mach III ; le « Widowmaker » original. Mais c’était loin d’être en stock. Il avait déjà été reconstruit par Ralf Gille, spécialiste de Kawasaki, avec un certain nombre d’améliorations, notamment un travail approfondi sur la culasse, un nouveau vilebrequin et un jeu de carburateurs Mikuni.

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Tout ce dont Ralf avait besoin maintenant, c’était d’un cadre pour le coller. L’une des courses emblématiques de Glemseck 101 est le sprint StarrWars, limité aux vélos semi-rigides uniquement. Rolf souhaitait depuis longtemps construire une triple Kawasaki pour affronter StarrWars, et c’était l’occasion idéale.

Sans support approprié disponible, Rolf s’est tourné vers Internet. Il trouva bientôt un cadre rigide conçu pour une Yamaha

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Un ami muni d’un gabarit de cadre a aidé Rolf à masser le châssis pour lui donner une forme utilisable. Ensuite, Rolf a soudé les supports de moteur à partir d’un cadre Kawasaki H1 plié, puis a fait tourner de nouvelles cuvettes de roulement afin de pouvoir installer un jeu de fourches Kawasaki KH500 qu’il traînait. Les roues avant de 19 pouces et les roues arrière de 16 pouces provenaient également du stock Rolf, mais ces dernières avaient besoin d’un nouvel axe et d’entretoises pour s’adapter au cadre.

La carrosserie est un cocktail d’éléments d’origines diverses. Le petit réservoir de carburant est une vieille pièce Victoria, tandis que le capot arrière est quelque chose qu’un revendeur de pièces détachées réservait à Rolf dans les années 90, sachant qu’il l’aimerait. Le carénage était composé d’une partie supérieure de style Monza et de la moitié inférieure d’un carénage Habermann.

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Rolf a continué à fouiller dans les cartons, en retirant les repose-pieds du vélo, les axes de béquille et presque toutes les autres pièces nécessaires pour terminer la construction. Les « clips » utilisent un ensemble de guidons découpés sur des clips recyclés et l’échappement est un ancien système Denco. Les seules nouvelles pièces de cette version sont la batterie et la chaîne.

Grâce à un travail de câblage astucieux, le sprinter Kawasaki H1 de Rolf était presque prêt à courir. Il suffisait d’une livrée appropriée, la seule chose sur laquelle il ne faut pas lésiner si l’on veut attirer l’attention à Glemseck.

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
« Mon premier gros vélo était rose », nous raconte Rolf. «Quand j’avais 18 ans, ma couleur préférée était le rose. A cette époque, ma basse était rose, ma copine me tricotait des trucs roses et j’avais même un casque rose avec mes cheveux jusqu’à la ceinture. « Les camionneurs m’ont sifflé et la police était trop gênée pour s’occuper de moi. »

« Puis sont venues les motos noires pendant un certain temps : une en « noir amical », une autre en « noir jeune » et encore une autre en « noir affirmant la vie ». Mais à un moment donné, j’avais à nouveau envie d’un vélo rose et c’était exactement le bon moment. Le design est basé sur les voitures de course Kawasaki des années 70, uniquement avec du rose au lieu du vert.

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
Le dicton dit que si vous voulez vous présenter en rose à une course, vous feriez mieux d’être rapide. Malheureusement, la Kawasaki H1 de Rolf n’est jamais arrivée à Glemseck.

« Cela n’a pas été terminé à temps », avoue-t-il. « J’ai traîné jusqu’à la veille de la course, mais ça n’a pas marché, j’ai donc pris mon châssis rigide BMW. C’était pénible de ne pas finir à temps ; C’est la première fois que ça m’arrive ».

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors
« De toute façon, la vie continue », ajoute-t-il. « Maintenant, j’ai encore un an pour l’optimiser. »

Moteurs Kraut | Facebook | Instagram | Images de et avec des remerciements particuliers à, Marc Holstein

Vélo de dragster Kawasaki H1 de Krautmotors