Essai du Royal Enfield Super Meteor 650 2023

Essai du Royal Enfield Super Meteor 650 2023

[ad_1]

De nombreux nouveaux composants, un moteur volontaire et une attention aux détails font du nouveau Super Meteor 650 un plaisir à conduire.

Royal Enfield a lancé les premiers modèles dérivés de sa gamme la plus vendue de 650 twins qui a fait ses débuts en 2018, lorsqu’elle a commencé à construire ses premières motos bicylindres fabriquées en Inde. Propulsés par le même moteur bicylindre parallèle de 648 cm3, huit soupapes, refroidi par air/huile, avec vilebrequin à 270 degrés et SACT entraîné par chaîne centrale, qui propulse l’Interceptor et la Continental GT, ceux-ci ont désormais été rejoints par le Super Meteor de haute qualité. fin. 650 duo, l’un un modèle Cruiser standard et l’autre une variante Tourer, présentés au salon EICMA en novembre dernier.

Rouler avec les deux nouvelles variantes au Rajasthan, l’État le plus grand et le plus vide de l’Inde, proche de la frontière avec le Pakistan et avec des kilomètres de routes ouvertes dans le désert (pensez à l’Arizona, avec un curry pour le dîner), a confirmé leur attrait. Le moteur à injection de carburant équipé d’un calculateur Bosch produit 46 ch à 7 250 tr/min, tandis que le couple maximal de 38 lb-pi est délivré à 5 650 tr/min, soit 400 tr/min de plus que dans les anciens jumeaux 650. Mais l’ingénieur en chef de RE, Paolo Brovedani, affirme qu’il n’y a aucun changement mécanique dans le moteur des nouveaux modèles, juste que la boîte à air et les échappements du Super Meteor sont complètement nouveaux, ce qui, avec la cartographie révisée de l’ECU, offre une vision plus large et adaptée aux cruisers. répartition du couple. , avec 80 pour cent de ce grognement maximum déjà disponible à seulement 2 500 tr/min.

Quelques premières pour Royal Enfield

La transmission sans engrenage à six vitesses avec vitesse supérieure surmultipliée est dotée d’un embrayage à glissement/assistance, mais désormais avec un levier de vitesses talon-pointe de série sur les deux variantes du Super Meteor.

Ce moteur éprouvé est transporté comme un composant entièrement sollicité dans un tout nouveau cadre en acier développé conjointement par le centre technologique britannique de Royal Enfield et Harris Performance, filiale de RE, et comporte un nouveau support de culasse pour une rigidité accrue.

Showa est désormais le fournisseur de suspensions des jumeaux de Royal Enfield, et le Super Meteor est livré avec une fourche inversée pour la première fois sur un modèle RE, un élément Big Piston non réglable de 43 mm offrant un débattement de roue de 120 mm. À l’arrière, le bras oscillant en acier extrudé est doté de deux amortisseurs Showa, avec réglage de la précharge sur cinq niveaux et 101 mm de débattement.

Les routes indiennes cahoteuses ont vraiment mis la suspension Showa du Super Meteor à l’épreuve, avec la configuration de fourche inclinée non réglable garantissant que même avec le poids supplémentaire de la moto, elle ne touche pas le fond lors d’un freinage brusque en descente, mais continue à amortir l’impact de la route. la surface irrégulière. La suspension arrière était encore meilleure, avec un amortissement bien choisi provenant des amortisseurs jumeaux Showa super flexibles offrant une bonne conduite sur des surfaces routières accidentées et quotidiennes.

Un bon freinage

Il y a une roue avant de 19 pouces en aluminium forgé et une roue arrière de 16 pouces, chaussées…